Mon Journal
Les sept vies de Capt'ain Swing

Les revues

Indiscutablement, Capt'ain Swing est une des séries vedettes de Mon Journal (avec Akim) et l'une des rescapées aujourd'hui avec la réédition des premiers épisodes au sein d'un mensuel portant le même titre depuis avril 1994. Pour tout dire, ce titre ne connaîtra pas moins de cinq éditions différentes des épisodes entre le titre principal, les revues annexes, les parutions en albums et les rééditions actuelles.
A l'origine, c'est une série italienne "Il Comandante Mark" dont le 1er numéro paraît en Italie en septembre 1966. La première parution française du titre s'est étalée de juillet 1966 (« Les Loups de l'Ontario ») à février 1991 (« Les Hors-la-loi ») sur 296 numéros ce qui correspond à l'intégralité des 281 épisodes italiens (ainsi que 13 rééditions). A de rares exceptions près (l'épisode des origines paru dans le N°78 et le dernier paru dans les N°295 & 296), chaque épisode fait 64 pages. On pourra noter que l'édition française est sortie AVANT l'édition originale. Capt'ain Swing est une création du studio ESSE-G-ESSE formé par trois dessinateurs italiens : Giovanni SINCHETTO, Dario GUZZON et Pietro SARTORIS. Super Swing N1

Le nom du studio étant formé par les initiales de leurs noms respectifs : SGS prononcé Esse-Gesse. On leur doit aussi les personnages de
Miki le ranger, Kinowa, Le Cavalier Noir, Ombrax (Alan Mistero) et Blek le roc, tous plus ou moins connu des amateurs de BD Petits Formats.

En désaccord avec Dardo, l'éditeur italien de Blek, le trio décida d'abandonner le personnage pour en recréer un similaire chez un autre éditeur. C'est comme ça que naquit Capt'ain Swing qui fut proposé aux Editions Araldo (devenu Cepim, puis Bonelli) et qui fut tout de suite accepté.

A la fin de la série italienne, le personnage continue de vivre, mais au rythme ralenti d'un numéro spécial par an appelé "Speciale Mark" qui parait aux alentours du mois de mai ou juin depuis mai 1990. Du trio initial, il ne reste déjà plus que Guzzon qui meurt en 1997. Le numéro spécial de 1997 a été réalisé au scénario par M. Burattini et par Lina Buffolente au dessins alors que la couverture était de M. Pepe. Avec ces numéros spéciaux sont joints des aventures mettant en avant les personnages secondaires comme Betty, Hibou Lugubre ou Pouik.

Les Personnages
Edition italienne : N1 Un navire marchand venant de France se fait attaquer par les Anglais près des côtes américaines. Un des rescapés vient au secours d'un homme portant à bout de bras un bébé, mais il ne parviendra à sauver que l'enfant. Echoués, ils sont recueillis par des indiens et le petit Swing grandit parmi eux. Ce n'est que plus tard qu'il se mêlera aux hommes blancs quand son père adoptif est pendu parce qu'il militait pur la liberté. (NB : à aucun moment, on ne connaîtra le nom de ce père adoptif). Swing décide de se révolter contre ses oppresseurs étrangers. Très rapidement, il fédèrera autour de lui une troupe de combattants volontaires qui prendront le nom de « Loups de l'Ontario »,
il rencontrera le chauve barbu, jovial et volontiers voleur (pour la bonne cause) du nom de Mister Bluff et ralliera à sa cause le taciturne indien Hibou Lugubre, le chef foncièrement pessimiste des 4 tribus des Grands Lacs. Il ne faut pas oublier Betty, la blonde de caractère qui deviendra plus ou moins son éternelle fiancée et Pouik le chien galeux de Mister Bluff dont le passe-temps favori est de chercher noises à Hibou Lugubre.

Coiffé de sa toque en peau de loutre et chevauchant « Belle », sa fidèle jument, le Capt'ain Swing est le vivant symbole de la résistance à l'oppresseur, ici représenté par les « Habits Rouges » anglais. Il est le garant du sérieux des expéditions alors que Mister Bluff n'hésite pas à taquiner les aubergistes accortes, ce qui attirent régulièrement des ennuis au trio. Quant à Hibou Lugubre, il voit la vie en noir, bien aidé en cela par les persécutions de Pouik. C'est un trio assez classique où le héros est entouré de faire-valoir plus ou moins comiques, mais Capt'ain Swing se distingue par une qualité graphique nettement au dessus de la moyenne des petits formats et par des scénarios solides, voire passionnants.

Insolites

* On peut découvrir les origines du personnage dans le N°78 « Le fils du pendu » (réédité dans les N°80 & 81 de la nouvelle série) dans un épisode bien mené où Swing rencontre tour à tour tous ces futurs compagnons. Dans l'édition italienne, cette histoire est parue dans le N°100 sous le titre "La storia del Commandante Mark" et elle était en couleurs !

* Dans le numéro 265 « La sagesse de celui-qui-sait », Swing rencontre Blek, même si ni l'un ni l'autre ne se reconnaissent (l'épisode en question n'étant pas le plus palpitant du personnage, il faut bien l'avouer).

* Il y a eu deux albums cartonnés publiés en 1973 et 1974 intitulés "Les loups de l'ontario" et "La canne qui tue" reprenant les deux premiers épisodes de Capt'ain Swing, mais en couleurs et en grand format.

Capt'ain Swing N265 : la rencontre avec Blek
* Le succès de la série permettra la réédition des premiers épisodes dans l'ordre chronologique dans Super Swing (63 numéros de mars 1980 à janvier 1987) en moyen format, puis sans respecter la chronologie dans Spécial Swing (15 numéros de mars 1986 à février 1991).

* En Italie, le Capt'ain Swing prend du grade et devient Commandante Mark, Hibou Lugubre s'appelle Gufo Triste (Hibou Triste), Pouik répond au nom de Flok alors que Betty et Mister Bluff restent inchangés.

Les autres séries

Une des séries secondaires les plus marquantes est sans conteste Puma Noir (N°25 au 229) (que l'on retrouve actuellement dans les pages d'Akim). Il s'agit d'un catcheur indien (d'Amérique) nommé Puma Noir et son acolyte et entraineur moustachu, hippie et malingre : Bobô Lafleur qui appelle toujours son ami Puma : Papa sans qu'il y ait la moindre parenté entre eux. Celui-ci se balade parfois avec un pingoin du nom d'Hector. Les thèmes du fair-play, de la loyauté, du racisme sont abordés au travers du sport dans cette série bien sympathique qui disparait de Capt'ain Swing pour intégrer la place de série principale dans Atémi.

On trouve aussi d'autres séries comme Dan Panther (qui a eu sa propre revue, N°1 au 24) dans les premiers numéros, Larry Yuma (N°230 au N°251), Brik (N°266 au 270), Cisco Kid, Plume Rouge, Steve Joker dans les derniers ou Diavolo, corsaire de la reine et le Capt'ain Vir-de-Bor comme BD courte de 10 pages au centre du fascicule et même Klip et Klop pour quelques épisodes (on peut retrouver les épisodes de ce duo dans les pages actuelles de Capt'ain Swing) .

Internet
Capt'ain Swing N1 Il faut noter qu'il existe au moins trois sites parlant des exploits de Swing, celui de Dominique Fabre (grand collectionneur de Swing devant l'éternel) à l'adresse : http://dominique.fabre.free.fr/swingdebut.htm qui m'a fourni bien des renseignements concernant le personnage (et je l'en remercie)

Dominik Vallet (avec l'aide de Dominique Fabre)


© D. Vallet le 30/03/2002